Domaine Maillard Père & Fils [2/2]

Posted on Posted in Scène de dégustation

C'est l'hiver, pourtant je ne peux m'empêcher de penser au Printemps. À ses saveurs, ses senteurs si délicieuses. En particulier celles des près fleuris. C'est un intense plaisir. Je dirais que c'est presque de la magique avec une telle effervescence d'émotions. Ajoutons à cela, une tarte sablée, croquante, à la framboise et à la cerise, et vous obtenez un tableau de maître. Une association qui vous laissez rêveur pendant plusieurs jours.

Et ce chef d'œuvre vous l'obtenez très facilement avec ce Chorey-Lès-Beaune 2013 du Domaine Maillard.

Ce week-end, j'ai décidé de retourner dans mon village natal. Il s'y trouve un musée un peu particulier mais qui m'intrigue fortement depuis des années : celui de l'ancienne tannerie. Dès l'entrée, l'odeur de cuir si particulière nous plonge dans l'univers de l'époque. Une visite très intéressante, animée par de nombreuses anecdotes et légendes des derniers tanneurs. À la sortie, on nous remet en souvenir un joli porte clé en cuir blanc et un pot de confiture fraise - cannelle - violette. Il paraîtrait que le secret de la recette es détenu dans la famille des tanneurs depuis le Moyen-Âge.

Même si la sensation est similaire, il manquait un bon verre de ce Ladoix Les Chaillots 2013 du Domaine Maillard.

Aujourd'hui, j'ai une immense fierté en vers mon fils. Du haut de ses 9 ans, il m'a réalisé un dessin d'une extrême beauté. Cela reste simple, mais pourtant si précis. Il a dessiné la campagne, avec un joli pré verdoyant à côté d'un magnifique verger et de quelques arbustes de cassis. Le soleil est en train de se lever derrière la colline, et la rosée est encore présente sur les feuilles. Le soin apporté aux détails est époustouflant. Obligé de le récompenser avec son dessert préféré : un moelleux au chocolat cœur fondant à la framboise.

Et s'il avait été en âge, il aurait également été récompensé de ce très joli Beaune 2012.

La fête des mères pour nous c'est surtout l'occasion de tous se retrouver en famille autour d'un bon repas. Et chacun participe à l'ouvrage. Pap's s'occupe de cuisiner une très belle pièce de bœuf braisée. Ma sœur préférée quant à telle est allée acheter un très joli bouquet de fleurs blanches. Pour ma part, je finalise le repas avec mon fameux cheesecake à la framboise. Quand on regarde le plan de match, aucun doute, Mam's sera ravie.

Et bien entendu, pas de très bon repas, sans très bon vins. Surtout que le vin est d'autant meilleur qu'il est partagé avec des personnes proches. Optons cette fois-ci pour ce Savigny-Lès-Beaune 2012.

De temps en temps, je rêve de cette période la fin du XIX° siècle. Avec l'image d'un entrepreneur en réussite à la Rockfeller, en bon gentleman, costume trois pièces et montre à gousset, savourant un brandy et un cigare devant un feu de cheminée, dans un grand salon orné de peaux de bêtes en trophées de chasse. Les choses semblaient plus simples à cette époque. Mais honnêtement, le plaisir de cet Aloxe Corton Premier Cru Les Grandes Lollières 2012 est très comparable. Peut-être même supérieur.

La semaine dernière, nous avons expérimenté le pique-nique en famille. Cette belle journée d'été nous appelait dehors et de profiter des magnifiques senteurs de la saison. Nous avons trouvé un petit coin au charme unique : un carrefour d'univers. D'un côté les odeurs des jardins cultivés où aromates et légumes poussent silencieusement. Mais de l'autre côté du pré, les fruits et les fleurs apportent de la douceur et de la fraîcheur. C'est un instant magique de retrouvailles tous ensemble et d'émerveillement collectif.

Essayez dont ce Corton Renardes Grand Cru 2013 et vous constaterez que le plaisir est identique à cette scène. Pensez-tout de même à un repas plus complexe qu'un pique-nique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *